Skip to content

LaBougeotte | Radio alternative et culturelle


Electro marocaine et internationale au rendez-vous du Moga Festival d’Essaouira

Electro marocaine et internationale au rendez-vous du Moga Festival d’Essaouira

Ce weekend, à l’occasion du MOGA Festival, La Bougeotte part en vadrouille à Essaouira ! Après l’Atlas Electronic et l’Oasis Festival qui ont eu lieu à Marrakech, c’est au tour de la cité des Alizés de s’animer au fil des sets des DJ marocains et internationaux. Il était donc de notre devoir d’aller voir cette première édition du MOGA, dédiée au « dialogue entre musiques actuelles & contemporaines et culture gnaoua » du 14 au 16 octobre à Essaouira.

Alors oui, dis comme ça le titre est un peu pompeux surtout quand on regarde d’un peu plus près la programmation qui est 100% électro. Est ce que la pâtisserie française se réduit aux macarons ou la nourriture marocaine au couscous ? Non, bon alors la musique contemporaine ne se résume pas à l’électro. Quant au dialogue avec la culture gnaoua, il est un peu limité puisque seulement deux sets fusion seront proposés. Ce sont le duo deep et tech house allemand Ame ainsi que le trio français Dop qui s’y colleront en s’associant durant une heure et en live s’il vous plait, à des maâlem gnaouas. Il ne faudra pas manquer ça car l’alliance des deux cultures devrait détonner. Vous l’aurez compris, je cherche la petite bête et si dans la forme, je trouve que les organisateurs auraient pu faire mieux, dans le fond, ils m’ont vraiment mis l’eau à la bouche !

Si on regarde d’un peu plus près la programmation, pas de dinosaures de l’électro comme pour l’Oasis festival (Derrick May, Jeff Miles) mais une multitude de jeunes DJ et collectifs venant des quatre coins du monde et donc bien plus éclectiques :

Magda, DJette polonaise et incontournable de la scène minimaliste, le collectif français Mellotron et leurs sons disco-funk, Bella Sarris et sa techno house australienne, l’ancien joueur et surtout à présent fameux DJ Tennis, patron du label Life & Death (tale of Us et Mind Against), ou encore Sam Bangura (Angleterre), Lefto (Belgique)… représenteront la scène internationale.

Pour ce qui est de la scène marocaine, elle n’est pas en reste. Aryad réchauffera nos oreilles avec ses sons ensoleillés ; Driss Skali qui a conquis le Québec, où il habite depuis quelques années, nous surprendra avec ses sonorités tech house, minimales et pourquoi pas de petites variations acides ; le collectif Runtommorow sera très bien représenté avec Kodi, DJ Nejhi ou encore la DJette Yasmean, seule représentante marocaine derrière les platines ; et bien d’autres encore qu’il faudra aller découvrir.

Globalement, on est donc agréablement surpris par le nombre de DJ marocains présents sur le festival. Car on ne va pas se mentir, toute l’année, les bons DJ électro sont plutôt rares dans nos clubs. L’occasion est donc trop belle pour ne pas en profiter ! Surtout qu’en regardant et écoutant tous ces artistes, on mise sur des sets très évolutifs. On va donc pouvoir profiter de la piscine du Sofitel Mogador ou encore de celle du riad Takniwine, les deux établissements hôtes du festival, sans avoir de “Boom Boom” dès 14h, c’est-à-dire dès le réveil en l’occurrence !

Et oui par contre, les établissements hôtes sont des d’hôtels et riads, c’est-à-dire, uniquement des lieux privés. C’est une des (mauvaises ?) surprises du festival. Alors qu’on nous annonçait à coup de communication massive, un festival dans les décors de Game of Thrones, la scène de la plage ainsi que celle de la Skala, donc en plein cœur de la ville et ouvertes à tous, ont été supprimées. À l’approche des élections marocaines, quelques changements ont été opérés, très probablement à la plus grande joie des organisateurs, qui ont dû trouver à la dernière minute, des solutions pour accueillir les festivaliers ! Dommage, pour la ville et la majorité des souiris qui seront forcément un peu tenus à l’écart de cette grande fête. Heureusement, les organisateurs ont souhaité garder les ateliers et autres workshops initialement prévus dans la ville afin de mettre un peu d’animation. La Bougeotte fera d’ailleurs parti des intervenants avec un atelier radio dédié aux enfants et en partenariat avec l’Institut Français. Peut-être découvrirons nous un futur talent… C’est donc à l’unisson ou presque que la ville célèbrera la musique électronique ce week-end. Et comptez sur nous, on n’en loupera pas un scratch !